Le RAC – Togo appelle à plus de transparence dans les infrastructures routières

img2

La situation des infrastructures au Togo et le point de vue du Réseau Anti-Corruption Togo (RAC-TOGO) a été le thème central d’une conférence de presse organisée ce mercredi 22 mars 2017 à Lomé par  le dit réseau qui prône la bonne gouvernance. Il s’agissait donc pour cette organisation de la société civile de relever tous les mécanismes mis en place au Togo par les autorités compétentes pour combattre la corruption dans tous ses états mais qui malheureusement n’empêchent pas de constater que le fléau continue de la plus belle des manières surtout dans la construction des infrastructures routières pourtant budgétivores.

En effet, sans une gestion efficace des fonds alloués ces dernières années à ce secteur, nombreux sont les ouvrages qui connaissent selon le RAC-TOGO des difficultés, notamment la mauvaise qualité ;  des travaux inachevés ou achevés avec un grand retard ; la corruption ou le manque de transparence des marchés publics. Le réseau compte désormais à travers un certain nombre d’actions parmi lesquelles des descentes sur le terrain et la vulgarisation des lois régissant le milieu  pour plus de transparence à tous les niveaux, c’est-à-dire depuis la passation des marchés publics jusqu’à la réception des travaux commandités. Il exige en outre l’audit de la gestion des fonds relatifs aux infrastructures routières entre 2012 et 2016.

Reportage…

C.A