La Campagne agricole 2018-2019 au Togo soulagera réellement les paysans?

image-20170202-14446-11v65vb

«Le gouvernement togolais va mobiliser cette année la somme de deux milliards neuf-cent trente-cinq millions cent-soixante mille (2 935 160 000) F Cfa pour l’acquisition des stocks d’engrais NPK et Urée pour la satisfaction des besoins exprimés par les producteurs», a annoncé Col Ouro-Koura Agadaz, ministre togolais de l’agriculture, dévoilant ainsi les grandes lignes de la campagne agricole 2018-2019. D’après les estimations, pour la campagne agricole cette année, le volume du stock d’engrais est de 36 689 500 tonnes. Le prix moyen de vente d’un sac de 50 kg d’engrais subventionné est de neuf (9.000) FCFA contre treize (13 000) FCFA hors subvention. Et le nombre de sacs par paysan est limité à trois. Au total dans le cadre la campagne deux cent quarante-quatre mille cinq cent quatre-vingt-dix sept (244 597) producteurs vont bénéficier des intrants.
En clair, cette année, le gouvernement togolais s’est résolument engagé a investir davantage dans le secteur agricole, grand poumon de l’économie du pays, comme d’ailleurs cela se précise comme objectif dans le Plan National de développement (PND) en cours d’élaboration. Ceci en mobilisant plus de moyens financiers en vue de subventionner l’engrais afin de soulager “les paysans vulnérables”.
C’est un effort qui doit être apprécié par nous tous. L’agriculture est l’épine dorsale de notre économie et le principal employeur des collectivités rurales.
Les agriculteurs ont besoin d’engrais pour augmenter la productivité agricole.

Nous saluons l’idée de fournir à chaque agriculteur 3 sacs d’engrais. En effet, les agriculteurs des pays développés bénéficient d’un tel soutien de la part de leurs gouvernements. Il est temps maintenant que nous accordions des subventions similaires à nos agriculteurs. Nous devons produire suffisamment de nourriture pour nous-mêmes afin d’éviter la faim et la malnutrition (ainsi réaliser l’ODD2), au lieu d’utiliser nos réserves de change pour importer de la nourriture ou être dépendants des aliments étrangers.

Bien que nous félicitons le gouvernement pour cette action, certaines préoccupations doivent être prises en compte:

La première préoccupation est le fait que la productivité agricole ne dépend pas uniquement de l’engrais. Un agriculteur peut avoir suffisamment d’engrais mais ne parvient toujours pas à augmenter les rendements agricoles en raison d’autres facteurs. Par exemple, les rendements dépendent de la connaissance de l’agriculteur sur l’application d’engrais. Une application inadéquate d’engrais peut n’avoir aucun effet ou, dans les cas graves, réduire au lieu d’augmenter les rendements. L’engrais doit être appliqué à des taux et à des moments corrects. Combien de nos agriculteurs sont au courant et bien formés? Les agriculteurs recevront-ils de l’engrais à temps? Avons-nous suffisamment d’agents de vulgarisation dans les zones rurales pour aider ces agriculteurs?
Deuxièmement, en raison de la bureaucratie et de la corruption, le ministère a-t-il mis en place un système qui garantira que les agriculteurs reçoivent effectivement l’engrais?  La distribution sera-t-elle équitable pour tous les agriculteurs? Si le ministère n’a pas de tels systèmes en place, le soutien peut se retrouver entre de mauvaises mains ou profiter à ceux qui ne sont pas ciblés par le gouvernement.

Troisièmement, la question de la durabilité du soutien. Ce type de soutien sera-t-il maintenu pendant au moins 10 ans ou est-ce un soutien d’une saison? Le plan de durabilité du ministère est-il en place?
Quatrièmement, en dehors des engrais, le ministère considère-t-il d’autres questions importantes telles que l’irrigation, la mécanisation, le stockage, le transport et la commercialisation?

Nous savons qu’il y a des ONG et des individus qui peuvent critiquer le soutien du gouvernement en fonction de leurs perceptions; en particulier sur leurs perceptions de l’agriculture biologique ou écologique. En raison des connaissances limitées en agronomie, ils penseront que la fourniture de NPK et d’urée est mauvaise pour l’agriculture et qu’avec cette subvention le gouvernement est entrain de faire la promotion des engrais chimiques.
Mais selon les etudes, NPK (Azote, Phosphore et Potassium) est nécessaire pour la croissance des plantes. NPK peut être disponible naturellement ou fabriqué industriellement. La vérité est que nos sols n’ont pas des quantités suffisantes de NPK naturel. Les agriculteurs sont obligés d’ajouter NPK fabriqué sinon ils produiront moins et deviendront plus pauvres. Le seul argument possible est le suivant: avons-nous une analyse de sol appropriée pour guider nos agriculteurs lors de l’ajout de NPK? Ajouter plus que nécessaire est également nuisible. Il peut détruire la structure, la texture et la composition du sol. Fournir du NPK industriel aux agriculteurs n’est donc pas aussi mauvais que beaucoup voudraient le croire. Le seul problème est que nous n’avons pas de bonnes cartes de fertilité des sols pour guider les agriculteurs.

L’agriculture biologique où le fumier et le compost sont les principaux fertilisants qui sont bons. Mais il faut savoir qu’il existe de nombreuses communautés agricoles qui ne tiennent pas de bétail. Ils n’ont pas non plus assez de matériaux pour produire du compost. Il faut aussi savoir que pour un hectare, un agriculteur a besoin de 4 tonnes de fumier de ferme pour obtenir la quantité d’azote recommandée. Combien d’agriculteurs peuvent recueillir 4 tonnes de fumier dans nos collectivités rurales? Combien de temps et de travail sont nécessaires pour cette tâche seulement?

Un autre facteur dont il faut tenir compte est que l’agriculture biologique ne consiste pas seulement à utiliser du fumier ou du compost. Vous avez besoin de consommateurs prêts à acheter des produits biologiques. En Afrique, de tels consommateurs n’existent pas. Les consommateurs achètent le produit alimentaire le moins cher et le moins dangereux sur le marché. Vous avez également besoin d’un soutien gouvernemental spécial pour compenser les pertes de récoltes pendant au moins 10 saisons. Les agriculteurs biologiques de l’UE ont bénéficié de ce soutien. Le gouvernement paie l’agriculteur pour devenir bio. En Afrique, les gouvernements n’offrent pas ce soutien. Par conséquent, encourager un agriculteur africain rural à produire organiquement est similaire à lui demander de signer son propre arrêt de mort! Il n’a aucun avantage sur le marché par rapport à un agriculteur normal, et son gouvernement ne lui accorde pas non plus de subvention spéciale pour compenser les pertes de récoltes.

Pour la santé et l’Environnement, l’agriculture biologique ou écologique est la meilleure option, mais dans la situation actuelle (reconnaissons le), elle ne peut pas fonctionner dans de nombreuses zones rurales d’Afrique. Nous devons sensibiliser les consommateurs et le gouvernement doit accorder un soutien financier spécial à nos agriculteurs.

La Rédaction
ECO CONSCIENCE TV