Climat/Négociations de la CCNUCC: Les points clés à connaitre

meee

Les négociations intersessions de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) se tiennent toujours  avant la Conférence des Parties (COP) et sont très capitales. Cette année  la première réunion intersession entre la COP 22 (tenue à Marrakech en 2016) et la COP 23 (qui se tiendra à Bonn en novembre 2017) a débuté le 8 mai 2017 et se terminera le 18 mai 2017 à Bonn, en Allemagne. Pour cette 23e édition  c’est Fiji, Etat insulaire du Pacifique qui assure la présidence et le thème du logo déjà adopté pour l’évènement  traite de la vulnérabilité des côtes face aux changements climatiques.  Il est important de noter que, même si Fiji prendra la présidence et accueillera la COP 23, la COP (COP 23) aura lieu à Bonn en Allemagne. Fiji est une petite île du Pacifique où la logistique nécessaire pour organiser une telle rencontre mondiale fait face à des défis, d’où l’arrangement avec l’Allemagne pour tenir la COP 23 à Bonn.

Avant d’expliquer quelles sont les principales questions qui sont en discussion dans cette réunion intersessions, d’abord revoyons les résultats de la COP 22 tenue à Marrakech du 7 au 19 novembre 2016. Les grands points :

  1. Contributions Déterminés Nationales(CDN)

La COP 22 à Marrakech a eu lieu alors qu’il y avait une bataille en cours entre les pays en développement et les pays développés sur l’interprétation de ce qui a été convenu à Paris en 2015 avec l’Accord de Paris. Le premier élément  a été selon les différentes interprétations, les désaccords sur l’interprétation des Contributions Déterminés au niveau national (CDN). Dans l’APA (Groupe de travail Ad hoc sur l’Accord de Paris), des consultations officieuses sur la production d’orientations sur ce qui constitue les CDN concernant leurs caractéristiques, leur portée et les informations nécessaires, il y avait des désaccords clairs entre les pays en développement et les pays développés. A Paris, à  la COP 21, il y a eu des «grands combats» qui ont finalement abouti à l’adoption de l’article 3 de l’Accord de Paris.

L’article 3 stipule que «en tant que contributions déterminées à l’échelle nationale à la réponse mondiale aux changements climatiques, toutes les Parties doivent entreprendre et communiquer des efforts ambitieux tels que définis aux articles 4, 7, 9,10, 11 et 12 en vue d’atteindre cet objectif  de l’Accord tel qu’énoncé à l’article 2 »

Les pays développés et certains pays en développement étaient d’avis que l’objectif du travail dans le cadre de l’exigence de «complément d’orientation» ne devrait être limité qu’à l’atténuation  et ne pas inclure la portée complète des CDN visés à l’article 3 de l’Accord de Paris.

La majorité des pays en développement, dirigés par les principaux architectes de l’article 3, un groupe connu sous le nom des pays en développement conscients (LMDC), le Groupe africain et le Groupe arabe ont fortement insisté sur le fait que les discussions sur les CDN devraient couvrir l’ensemble des CDN, tel qu’énoncé à l’article 3. Les pays développés étant en désaccord ont amené les co-facilitateurs des consultations de l’APA à conclure que «il était convenu que les Parties doivent respecter l’Accord de Paris (AP) et le caractère de« détermination nationale des contributions » mais que les Parties avaient des opinions divergentes sur les Caractéristiques des CDN. Par conséquent, à Bonn, les négociations sur les caractéristiques des CDN continueront d’être une question controversée majeure.

  1. Le principe de responsabilités communes mais différenciées

La différenciation entre les pays développés et les pays en développement et la manière dont cela devrait être opérationnalisé dans l’Accord de Paris ont affecté d’autres questions, y compris le cadre de transparence sur l’action et le soutien, la mise en œuvre et la conformité, les communications mondiales d’évaluation et d’évaluation. De nombreux pays en développement ont souligné la nécessité d’intégrer le principe dans la conception de diverses modalités, procédures et directives (MPG), mais les pays développés ont exigé une approche commune où tous les pays seront soumis de manière égale. Ici, à Bonn, ce sujet devrait générer davantage de combats entre pays développés et pays en développement.

  1. Fonds d’adaptation

Il y a eu un chaud débat sur l’avenir du Fonds d’adaptation (AF) en vertu de l’Accord de Paris. Les pays en développement ont exigé que la décision prise à Paris au cours de la COP 21 fasse en sorte que l’AF serve l’Accord de Paris (PA) et que le travail à Marrakech aboutisse à la prise de décision. En revanche, les pays développés n’étaient pas d’avis qu’une telle décision soit prise et a insisté sur le fait que des travaux préparatoires étaient nécessaires pour préciser que l’AF sert l’AP.

  1. Cadre de transparence pour l’action et le soutien

Ici l’on note quatre enjeux: (a) Conseils sur les caractéristiques, l’information et la comptabilité des CDN ; (b) Orientations relatives aux communications d’adaptation ; (c). Modalités, procédures et lignes directrices (MPG) ; (d) Modalités et procédures pour un fonctionnement efficace du comité pour faciliter la mise en œuvre et promouvoir la conformité et (e) : Autres questions liées à la mise en œuvre de l’AP. Dans l’ensemble, les pays en développement ont exigé une plus grande transparence alors que les pays développés exigeaient que les problèmes sous transparence ne soient pas divisés en pays «développés» et en développement, mais se concentrent plutôt sur la capacité des pays à mener à bien les questions de transparence spécifiques. Ces discussions se poursuivront ici à Bonn.

  1. Focus sur Post 2020 ou Pré 2020?

Les pays développés ont demandé que les actions climatiques se concentrent principalement sur les contributions de 2020 par tous les pays de l’AP alors que les pays en développement ont demandé que l’accent soit mis sur la mise en œuvre des engagements actuels des pays développés en vertu des diverses décisions de la CCNUCC et du Protocole de Kyoto, calendrier avant 2020.

La controverse sur la feuille de route à un financement de 100 milliards de dollars pour les pays en développement

Lors de la COP 15, il a été convenu qu’en 2020, un montant égal à 100 milliards USD sera mobilisé en tant que financement climatique pour les pays en développement. Les pays développés se sont engagés à augmenter ce montant. On a observé que les mesures d’atténuation ont consommé 70% du financement et que le financement de l’adaptation qui a été étendu aux pays en développement était seulement de 25%. Les pays en développement réussi, d’autre part, ils demandaient davantage de financement pour l’adaptation, plus de conformité aux engagements.

Ce sont là quelques-unes des questions qui ont été vivement débattues à Marrakech lors de la COP22.

Ici à Bonn, les négociations se poursuivent, cependant, l’on souligne également de nouvelles questions que ces négociations climatiques de Bonn cette année 2017 devront prendre en compte. Ceux-ci inclus:

Incertitude des États-Unis  envers l’Accord de Paris : La réunion de Bonn a débuté sur l’incertitude si les États-Unis resteront dans l’accord de Paris ou se retireront de celui-ci.

Augmentation de la température

Les pourparlers sur le climat de Bonn commenceront au milieu d’un autre avertissement de la hausse de la température et des concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Les nouvelles données publiées au début de l’année par le Bureau météorologique du Royaume-Uni, l’Administration nationale de l’aéronautique et spatiale (NASA) et l’Administration nationale océanique et atmosphérique (NOAA) ont montré que la température de la Terre a augmenté! C’est au-dessus du niveau observé avant la révolution industrielle.

La question des conflits d’intérêts

Dans le cadre de l’Action 21, sorti du premier sommet de la Terre en 1992 au Brésil, les Nations Unies ont adopté 9 grands groupes: les agriculteurs, les travailleurs et les syndicats, les gouvernements locaux, les jeunes, les femmes, les peuples autochtones, les ONG, l’industrie et les entreprises et la recherche et les universités. Un grand conflit d’intérêt s’observe parmi ces acteurs. Récemment, un groupe d’ONG s’est plaint du groupe principal de l’industrie et de l’entreprise, car elles représentent d’importantes entreprises émettrices de CO2. Il existe d’autres ONG qui demandent une exclusion complète du groupe principal de l’industrie et des entreprises du processus de la CCNUCC. Pourtant, il y a d’autres qui reconnaissent la nature du conflit d’intérêts mais ne soutiennent pas l’exclusion d’un groupe majeur sous l’appel que personne ne devrait être laissé derrière.

Bien sûr, il y a beaucoup d’autres problèmes qui seront couverts ici à Bonn sur une période de deux semaines. Il y a également de nombreux événements parallèles intéressants, y compris sur des sujets tels que « Les droits des enfants et les changements climatiques » et « Genre et changement climatique ».

La Rédaction

ECO CONSCIENCE TV