Vers l’élaboration d’un programme de surveillance de la qualité de l’air au Togo

1523381520239

Dans le cadre de l’élaboration et la mise en place d’un programme de surveillance de la qualité de l’air au Togo,  le ministère de l’environnement et des ressources forestières a sollicité et obtenu l’appui technique du secrétariat de la coalition pour le climat  et l’air pur (CCAC) pour la réalisation d’une mission d’un expert en vue d’evaluer,  définir les besoins,  proposer la démarche à  suivre et des recommandations afin de mettre en place ledit programme.

La mission déjà présente sur le sol Togolais,  a entamé  une série de consultations. Elle a rencontré ce 10 avril 2018 lors d’une réunion d’échange et d’information,  toutes les parties prenantes concernées au siege de l’Agence Nationales de Gestion de l’Environnement (ANGE).

Entre autres grands points inscrits à l’agenda,  « Exigences de conception de la surveillance de la qualité de l’air urbain; objectifs de la surveillance de la qualité de l’air urbain,  Information existante,  Que surveiller ? Où surveiller ? Comment surveiller ? Assurance de la qualité des donnees,  analyse des données,  Communication de l’information basée sur les données « 

Rappelons qu’au Togo,  en matière de surveillance de qualité de l’air,  le pays ne dispose pas des données concretes. Cette mission qui sejourne actuellement au Togo permettra d’evaluer les vrais besoins permettant la mise en oeuvre d’un projet en cours dont la zone pilote sera la capitale Lomé.

Le défi de lutte contre la pollution de l’air en Afrique reste grand.  D’après les etutes et les analyses,  la situation est alarmente.  « un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) indique que la pollution de l’air provoque sur le continent davantage de décès prématurés que l’eau non potable ou la malnutrition infantile. Le document met en garde contre une possible transformation de cette situation en crise »

Plus de détails

http://m.slateafrique.com/703604/afrique-pollution-air

R. A